top of page
  • Photo du rédacteurSylvain Tornare

Un moteur plus petit est-il forcément plus efficient ?

Depuis plusieurs années, les constructeurs diminuent la cylindrée de leurs moteurs. Ils font du downsizing, ceci dans le but de réduire leurs émissions nocives et afin de respecter les dernières normes anti-pollution. Toutefois, cette stratégie soutenue par les gouvernements européens semble être un échec cuisant.

Carequest courtier automobile suisse, moteur turbo

Dans l'industrie automobile, le downsizing correspond à la réduction de cylindrée des moteurs et/ou à la réduction du nombre de cylindres. Cette tendance a pour but de diminuer les émissions nocives et la consommation d'énergie, tout en gardant des performances comparables ou en les améliorant. Cependant, plusieurs études ont démontré que cette stratégie est un échec d'un point de vue écologique. De plus, certains constructeurs ont récemment augmenté la cylindrée de leurs nouveaux modèles.



Pourquoi cette stratégie ?

Calcul d'émission

Afin de calculer les émissions et la consommation d'un véhicule, on utilise le cycle WLTP, qui a remplacé le cycle NEDC. Ces cycles comprennent différents tests ayant pour but de voir si un véhicule respecte les normes anti-pollution. Cette méthode comprend des trajets à vitesse constante, ainsi que des temps à l'arrêt. Les petits moteurs sont plus adaptés pour ce genre de test.


Gouvernement

En se basant sur les cycles susmentionnés et pour réduire la pollution, les gouvernements ont favorisé la commercialisation de petites cylindrées par des lois et des politiques incitatives et punitives, notamment via des avantages fiscaux et des sanctions. Ils ont également régulièrement baissé le nombre de grammes de CO2 autorisés par kilomètre parcouru. Les constructeurs n'ont donc pas eu d'autre choix que de prendre des mesures pour que leurs véhicules soient en ligne avec ces normes.



Pourquoi est-ce un échec ?

Cycle NEDC et WLTP

Plusieurs études ont démontré que les cycles NEDC et WLTP ne correspondent pas à la réalité de l'utilisation d'une voiture. Les valeurs réelles de pollution sont tout à fait différentes de celles annoncées par les constructeurs. Ces dernières années, les experts ont remarqué une augmentation de cet écart.


Consommation réelle

Comme mentionné ci-dessus, les tests effectués sont loin des conditions réelles d'utilisation. Bien qu'efficace à basse vitesse constante, un petit moteur peu puissant devra travailler plus dur pour garder un véhicule à haute vitesse et lors d'une accélération. Il faudra monter dans les tours, et rétrograder lors des montées ou des manœuvres de dépassements. Un moteur légèrement plus gros avec plus de couple a tendance à travailler moins dur pendant de tels trajets, ce qui lui permet de rester dans un rapport plus élevé. Cela se répercute positivement sur la consommation.


Augmentation des coûts

Afin de garder des moteurs performants malgré une diminution de la cylindrée, les ingénieurs ont dû inventer de nouvelles technologies. Typiquement, ils ont muni les moteurs de turbos et ajouté des assistances électriques. Tout cela à un coût et engendre des complications mécaniques qui augmentent les prix d'achat et les frais d'entretien.


Fiabilité

Malgré la diminution de taille des moteurs, les voitures sont devenues plus grosses et plus lourdes. Ainsi, l'énergie nécessaire pour faire accélérer un véhicule, puis le garder à vitesse constante, est devenu plus grande. Bien que le downsizing n'ait pas amené de perte de puissance, il a augmenté l'intensité d'utilisation des composantes. Plus on augmente la puissance par ccm3, plus les contraintes sont grandes. Cela pose plusieurs interrogations quant à la fiabilité et à la longévité des véhicules.

Souvent, le downsizing a amené des hausses de puissances, notamment grâce à l'hybridation. À nouveau, cela augmente les contraintes mécaniques et complique le système d'entraînement.



Conclusion

Le downsizing a apporté certaines améliorations, notamment en termes de consommation et d'efficacité. Toutefois, les tests effectués lors des cycles WLTP ne sont pas représentatifs de l'utilisation réelle d'un véhicule. Ainsi, ils favorisent les petits moteurs dans une telle mesure que cela devient contreproductif. Lors les accélérations et les vitesses ne sont pas constantes, un moteur de relativement grosse cylindrée peut être plus efficace qu'un bloc plus petit. De plus, les petites cylindrées semblent souffrir de manque de fiabilité en raison des contraintes mécaniques subies et de leur complexité technologique. En résumé, le downsizing peut rendre l'automobile plus verte, tant qu'il n'est pas poussé au-delà du raisonnable.



 

Sources textes


Comments


bottom of page