top of page
  • Photo du rédacteurSylvain Tornare

Pourquoi la voiture électrique tomba dans l'oubli durant 100 ans ?

En 1897, la voiture la plus vendue était... électrique. Au début du XXe siècle, une flotte de taxis électriques parcourait la ville de New York. En Suisse, Tribelhorn mit sur pied un réseau de recharge à grande échelle. Malgré cela, les voitures électriques disparurent de la circulation pendant près d'un siècle.

Carequest Courtier Automobile Suisse, Frichtle voiture électrique 1910

La voiture électrique n'est pas une idée récente. En réalité, près d'un tiers du parc automobile américain était électrique au début du XXe siècle. Malgré plusieurs avantages en termes de simplicité d'utilisation, de confort, de pollution, et de performance, les véhicules électriques furent rapidement dépassés par les véhicules à combustion qui s'imposèrent comme la solution par défaut. Il fallut attendre près d'un siècle pour le second souffle du marché électrique. C'est notamment Toyota avec la Prius et Tesla qui contribuèrent à la croissance de l'automobile électrique moderne.

Cette semaine, nous nous intéressons aux raisons qui ont donné cette trajectoire à l'histoire automobile.


Avancées technologiques

En 1912, le marché de l'automobile électrique atteignit des sommets. Jamais les ventes de tels véhicules n'avaient été aussi élevées. Toutefois, de nombreux progrès permirent d'améliorer les moteurs à combustion.


Les premiers moteurs à explosion devaient être démarrés à l'aide d'une manivelle, ce qui était physique et, pour certaines catégories sociales, inenvisageable. Les voitures électriques ne souffraient pas de cet inconvénient. Le premier démarreur électrique arriva sur le marché en 1912 et supprima ainsi les manivelles. Avec cette invention, la voiture électrique perdit un avantage.


D'autres progrès permirent de diminuer les coûts de production. Ainsi, les voitures à combustion furent souvent deux à trois fois moins chères que leurs homologues électriques. Ces économies boostèrent la popularité des moteurs thermiques.


Bien qu'il y eut des avancées technologiques concernant les batteries, elles ne furent pas assez rapides. De plus, elles ne permirent des améliorations que marginales. Aussi, la lente mise en place de réseaux électriques dans les campagnes couplée à l'autonomie limitée des voitures électriques freina les ventes.



Ford Model T

Henry Ford introduit le Model T en 1908. Bon marché, ce véhicule représenta un sérieux danger pour les voitures électriques qui, à l'époque, coûtaient généralement le triple. De plus, avec l'arrivée de la production à la chaîne en 1913, Ford augmenta sa productivité et gagna un sérieux avantage compétitif vis-à-vis de ses concurrents. Cette innovation lui permit de réduire le temps de production de ses voitures de plus de 85% et donc de minimiser ses coûts et d'assurer que son produit soit abordable pour tous.



Autonomie

Après la fin de la seconde guerre mondiale, le gouvernement américain améliora son réseau routier national. Il devint ainsi plus facile de traverser le pays en auto. Malgré des infrastructures de recharge existantes dans les villes, les zones non-urbaines n'avaient qu'un accès limité à l'électricité. L'autonomie réduite des voitures électriques les positionna comme des véhicules adaptés pour de courts trajets en ville. Pour les longs voyages, le moteur à essence était plus intéressant. De plus, la production de pétrole sur le sol américain, notamment au Texas, garantit un prix de l'essence bas.



Manque de connaissances

Au milieu des années 1930, la voiture électrique avait disparu de la circulation. En Suisse, des difficultés en approvisionnement de pétrole repoussèrent cette échéance d'une dizaine d'années. Malgré plusieurs essais et projets durant la crise pétrolière des années 1970 et la prise de conscience écologique des années 1990, de tels véhicules ne devinrent compétitifs que près de 80 ans plus tard. En effet, le manque de recherches et de connaissances en termes de batteries ne permit pas aux constructeurs de développer des produits à la hauteur des attentes des consommateurs. Le manque d'autonomie et de puissance en furent les causes principales. De plus, cela ne permit pas de justifier les énormes investissements nécessaires au développement de cette technologie et de l'infrastructure nécessaire.



Conclusion

La voiture électrique fut compétitive jusqu'au début du XXe siècle. En réalité, elle était plus agréable, moins polluante et suffisante pour de courtes distances. Cependant, la vitesse du développement technique des moteurs à combustion couplée à l'inventivité d'Henry Ford mirent un terme à la croissance du marché de l'électrique. Au début des années 1920, le moteur thermique est meilleur marché à l'achat ainsi qu'à l'utilisation et assure une plus grande autonomie. De plus, la plupart des inconvénients de ce moyen de propulsion ont disparu. En l'absence d'investissements dans ce secteur, l'électrique fut mis de côté pendant une quarantaine d'années. Puis, quelques projets prouvèrent que cette technologie n'était pas prête pour une commercialisation. Finalement, il fallut attendre encore plusieurs décennies et l'arrivée en masse de fonds privés et publiques pour que le premier modèle 100% électrique compétitif arrive sur le marché.


 

Sources textes


Sources photos

Comments


bottom of page